À propos du projet

TSHIUE-NATUAPAHTETAU-KIGIBIWEWIDON :
Exploration de nouvelles alternatives concernant la restitution/réappropriation
du patrimoine amérindien (ilnu et anishinabeg)

Le projet TSHIUE-NATUAPAHTETAU-KIGIBIWEWIDON réunit des membres des deux communautés de Mashteuiatsh et de Kitigan Zibi, des chercheurs communautaires et universitaires ainsi que plusieurs partenaires, dont des musées et autres institutions culturelles. Ensemble, nous explorerons plusieurs moyens visant la réappropriation culturelle au profit des communautés Ilnue de Mashteuiatsh et Anishinabeg de Kitigan Zibi : la visite de musées au Canada et aux États-Unis, l’accessibilité aux collections, le retour ou le prêt d’objets, la conception de banque d’images et de photographies d’objets accessibles sur un site Internet spécialement dédié au projet, etc. Nous visons aussi à explorer des nouvelles manières afin de favoriser un sentiment de proximité chez  les membres des communautés avec les éléments de leur patrimoine ainsi que l’impression d’en contrôler les destinées.

Lire plus
Les expériences passées ont démontré toute l’émotion suscitée et le bien-être ressenti en présence de l’objet. Revoir un objet stimule la mémoire et procure souvent un vif sentiment de fierté. L’intérêt porté aux objets constitue une manière de documenter, transmettre et conserver les savoirs des aînés, de raviver l’intérêt chez des jeunes et un moyen de renouer des liens entre les générations. Il s’avère urgent de mettre en œuvre des actions concrètes au profit de la transmission des connaissances entre les aînés et les jeunes. Ceux qui ont été témoins du mode de vie traditionnel vieillissent et leur expertise et leurs savoirs quand l’interprétation des objets du passé est décidément irremplaçable.

Nous voudrions mieux comprendre et aussi communiquer de manière plus claire les approches parfois différentes de la notion de rapatriement chez les Premières Nations, la vision du monde qui est à la base. L’importance de contrôler son patrimoine exige fondamentalement le maintien des connaissances ainsi que l’expérimentation.

Nous travaillerons avec des communautés de la Côte Ouest du Canada qui ont d’ores et déjà expérimenté certaines formes de rapatriement; nous pourrons de la sorte mieux comprendre leurs démarches, nous en inspirer et surtout tenter de les adapter aux besoins et spécificités des gens de Mashteuiatsh et de Kitigan Zibi.

Tout au long du projet, une série d’activités publiques ayant lieu au sein des communautés mêmes permettront un suivi de la progression de la recherche : tables rondes, expositions, conférences publiques, radios communautaires, brochures, journaux. Les données qui seront amassées au cours de la recherche seront, elles, communiquées aux communautés d’une manière systématique, accessible et seront abordables aux musée, écoles, etc.

En plus des communautés de Kitigan Zibi, de Mashteuiatsh et des membres de la communauté Haida de la Côte Ouest du Canada, plusieurs musées et universités participent au projet : le Musée amérindien de Mashteuiatsh, le Centre culturel éducatif de Kitigan Zibi, le Musée Haida Gwaii, le National Museum of the American Indian de la Smithsonian Institution (Washington DC), le Field Museum (Chicago), le Musée d’Anthropologie de l’Université de la Colombie Britannique, l’Université de Montréal, l’Université de la Colombie Britannique, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, l’Université Laval et l’Université de Washington.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>