Tous les articles par juliec

Portraits des communautés

Portraits des communautés est un projet vidéo qui dépeint les communautés de Mashteuiatsh et de Kitigan Zibi à travers des portraits de personnes et de lieux. Ces portraits valorisent l’aspect humain des communautés tout en témoignant de leur diversité et de leurs réalités, au-delà des chiffres et des données quantitatives.

Le projet a commencé dans la communauté de Mashteuiatsh. Bibiane Courtois, coordonnatrice du rapatriement, Tommy Paré, coordonnateur du programme PASS (Projet d’accompagnement scolaire et social) ainsi que trois jeunes de ce programme ont interviewé trois personnes sélectionnées par ces derniers : une grand-mère, une professeure de nehlueun et un guide-musicien. Les entrevues ont été réalisées dans des lieux importants pour ces personnes, par exemple leur domicile ou le site communautaire. Les entrevues font ressortir, entre autres, l’attachement au territoire, l’importance de la famille, le rôle de l’individu au sein de la communauté ainsi que les différents points de vue des générations. En somme, aller à la rencontre des personnes et du territoire permet de présenter la communauté de manière plus vivante et personnelle.

Le projet se poursuit à Mashteuiatsh, ensuite, il sera entrepris à Kitigan Zibi.

Vincent Ranger

vincent_rangerTitulaire d’un baccalauréat en science politique de l’Université de Montréal, Vincent a effectué par la suite ses études de premier cycle en droit à l’Université McGill. Après son admission au Barreau, il a travaillé comme recherchiste à la Cour d’appel du Québec. Sous la direction de Benoît Moore, il termine actuellement sa maîtrise à la Faculté de droit de l’Université de Montréal sur le sujet de la responsabilité civile de l’État. S’intéressant à divers champs du droit public, Vincent se penchera, dans le cadre du projet, sur différentes questions liées à l’encadrement juridique du rapatriement des biens culturels.

Miniexposition « Cercle d’échange » dans les communautés de Mashteuiatsh et de Kitigan Zibi

Une miniexposition a été préparée avec Mashteuiatsh et Kitigan Zibi afin que les communautés se présentent l’une à l’autre. « Cercle d’échange » vise également à faire connaître le projet ARUC Tshiue-Natuapahtetau / Kigibiwewidon aux membres des communautés et aux visiteurs des institutions. Trois objets ont été sélectionnés parmi ceux des collections de chacune des communautés. Les objets de Kitigan Zibi sont exposés au Musée amérindien de Mashteuiatsh alors que ceux de Mashteuiatsh sont exposés au Centre d’éducation culturelle de Kitigan Zibi.

Kitigan Zibi a choisi de présenter un collier et des boucles d’oreilles de perles roses, créés par Joni Marie Ferguson vers la fin des années 1980, un tambour fabriqué par Nick Ottawa et peint par Dean Ottawa en 1999, ainsi que des vases décoratifs en pattes d’orignaux faits par Florence McConini.

Mashteuiatsh a prêté un couteau croche, mukutakan, fabriqué par Henri Dominique en 2007, une courroie de portage, miuteiapi, réalisée par Catherine Manigouche-Xavier en 1990, ainsi qu’un dessin intitulé Mes ancêtres réalisé au crayon fusain et à l’encre de Chine par Denis Blacksmith en 1993.

Les objets sont exposés à Kitigan Zibi et à Mashteuiatsh pour toute la durée du projet. Il est aussi possible qu’ils soient exposés dans d’autres lieux par la suite. C’est à suivre !

Annie Lussier

annie_lussierAnnie a étudié à l’Université McGill où elle a complété un baccalauréat en anthropologie avec une mineure en histoire de l’art. Elle termine présentement une maîtrise en muséologie à l’Université de Montréal. Dès le début de ses études universitaires, elle s’intéresse aux relations entre les musées et les Premières Nations, à l’accès aux collections, aux pratiques éthiques dans les réserves muséales et à l’influence des communautés sources en conservation. Au sein du groupe de recherche, Annie s’occupe principalement de la mise à jour du contenu du site Internet et participe à un projet d’inventaire du patrimoine de Mashteuiatsh et de Kitigan Zibi.

Filipa Esteves

filipa_estevesFilipa est candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université de Montréal. Dans le passé, elle a travaillé comme technicienne forestière pour le ministère des Ressources naturelles en régions éloignées, ce qui fait en sorte qu’elle est très sensible à la question du territoire. Filipa possède également un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia, et un certificat en traduction de l’Université McGill. Dans le cadre du projet, elle effectue la révision des textes pour la mise à jour du site Internet.

5e rencontre annuelle à la station de biologie des Laurentides de l’Université de Montréal, du 4 au 7 mai 2015

La cinquième rencontre annuelle du projet ARUC Tshiue-natuapahtetau/Kigibiwewidon aura lieu du 4 au 7 mai 2015, à la station de biologie des Laurentides de l’Université de Montréal. Cet événement réunira les chercheurs, les partenaires communautaires, les participants et les assistants de recherche du projet afin de faire une rétrospective sur l’année 2014 et faire le point sur les projets en cours et à venir.

Les participants auront la possibilité d’arriver le lundi et de se rassembler pour un souper à la station biologique. Le mardi, la journée sera marquée notamment par le mot de bienvenue et la rétrospective 2014, ainsi que par des rencontres de travail sur le projet qui se poursuivront toute la journée le mercredi. La fin de l’événement sera soulignée par une soirée de clôture.

Un résumé détaillé de la rencontre sera disponible après l’événement.

3e rencontre annuelle à Kitigan Zibi, du 30 septembre au 2 octobre 2013

Du 30 septembre au 2 octobre 2013, les chercheurs, les partenaires, les participants et les assistants de recherche du projet ARUC Tshiue-natuapahtetau/Kigibiwewidon se sont rassemblés au Centre d’éducation culturelle de Kitigan Zibi pour la troisième rencontre annuelle du projet.

Chaque journée débutait et se terminait par une prière faite par les aînés Josie Whiteduck et Peter Decontie. Le premier matin, ce dernier a également procédé à une cérémonie de purification et Misko McGregor a interprété un chant d’honneur accompagné du tambour.

La rencontre a permis de faire un retour sur les réalisations accomplies depuis novembre 2012. Les participants ont fait le point sur l’avancement de projets tels que le site Web, les expositions et le rapatriement. Deux ateliers ont également eu lieu pendant la rencontre. L’un portait sur l’intégration de la langue dans le projet, tandis que l’autre traitait de la documentation et de la conservation, particulièrement en ce qui concerne l’information qui peut être diffusée en fonction des besoins des communautés.

Laurie Decontie de Kitigan Zibi et Monique Verreault de Mashteuiatsh ont présenté l’importance des langues dans leur communauté respective. Docteur Rongo H. Wetere et son épouse, Macia Krawll, étaient également invités à cette rencontre. Docteur Wetere est fondateur de Te Wānanga o Aotearoa, une université maorie en Nouvelle-Zélande.

Il est aussi directeur de la Fondation Arrowmight Canada. Lors de cette rencontre, il a parlé d’un programme de mentorat en arts pour les jeunes Maoris. Suzy Basile, de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, a parlé des protocoles de recherche avec les communautés autochtones et de l’importance d’effectuer un partage équitable des retombées entre les chercheurs et les autochtones.

Le mardi soir, la communauté de Kitigan Zibi accueillait à l’école Kikinamadinan tous les membres présents pour un souper traditionnel communautaire organisé en collaboration avec l’équipe locale de ballon-balai. Élise Dubuc, Anita Tenasco et Jean-Denis Gill ont expliqué le projet aux membres de la communauté. Les étudiants de Kitigan Zibi ont présenté les vidéos réalisées lors de leur voyage à Washington en août dernier alors que Julian Whittam et Jean-Denis Gil ont présenté des photos résumant le séjour entrepris dans la même ville par des jeunes de l’école secondaire Kassinu Mamu de Mashteuiatsh.

Tournage dans le cadre du programme « Jeunes Transmetteurs » à Pointe-Racine, mai 2014

Du 5 au 7 mai 2014, une équipe de cinéma, composée de la cochercheuse Élène Tremblay et de l’assistant de recherche Maxime Pelletier, s’est rendue à Pointe-Racine afin de filmer la chasse aux outardes dans le cadre du programme « Jeunes Transmetteurs ». L’équipe était accompagnée de l’assistante de recherche Carole Delamour et de la coordonnatrice du rapatriement Bibiane Courtois.

Le programme « Jeunes Transmetteurs » a été institué par l’école secondaire Kassinu Mamu de Mashteuiatsh. Six élèves de l’école étaient accompagnés de quatre transmetteurs sur le site de Pointe-Racine durant trois jours. Les Ilnuatsh se réunissent tous les printemps sur ce lieu de rencontre traditionnel pour célébrer l’arrivée des outardes.

Le matin du 6 mai, vers 5 heures, l’équipe du projet ARUC est partie avec quelques jeunes ainsi que trois transmetteurs afin de capter des images de la chasse aux outardes près d’une petite rivière dans les environs de Dolbeau. Après trois heures de chasse, deux outardes ont été tuées. Le groupe est revenu au campement où se déroulaient des activités d’artisanat. Les jeunes ont confectionné des capteurs de rêve et ont réalisé de la broderie.

En fin d’après-midi, tous les jeunes, incluant ceux qui n’avaient pas participé à la chasse, ont collaboré au dépeçage des outardes. Maxime a ensuite accompagné un transmetteur en canot pour vérifier les pièges à castor posés antérieurement. La journée s’est terminée en rapportant au campement un castor qui s’était pris dans un des pièges.

Les aînés du Conseil Tshishelnuatsh visitent des musées

Les membres du Conseil consultatif des aînés de Mashteuiatsh ont apprécié le contact direct avec les objets de leur patrimoine lors de visites effectuées au Musée amérindien de Mashteuiatsh ainsi qu’à la Pulperie de Chicoutimi. Ces rencontres se sont déroulées les 11 et 27 novembre 2014 et ont permis aux participants de renouer avec des objets de leur enfance. Grâce à leurs riches expériences de vie, ils sont en mesure de documenter ces objets, soit d’en raconter la fabrication, l’utilisation et les récits associés. Tshinishkumitinau!

Retour sur le projet de film des Sorties en territoire de l’école secondaire Kassinu Mamu de Mashteuiatsh

Ce projet a pour objectif la réalisation d’un film présentant le programme des Sorties en territoire institué par l’école Kassinu Mamu afin d’en faire la promotion auprès d’autres communautés autochtones.

Historique des Sorties en territoire :

Mises en place en 1997, les Sorties en territoire ont pour principe de permettre aux jeunes de l’école de passer des séjours en forêt, de fortifier leur appartenance culturelle, d’acquérir des connaissances auprès des aînés et des transmetteurs, et de développer leur autonomie, leur sens des responsabilités ainsi que des habiletés sociales.

Depuis 2000, ces sorties sont ouvertes à tous les élèves volontaires. Sur une semaine, entre 30 et 50 étudiants partent sur le territoire ilnu. Les sorties sont intégrées au programme de l’école et organisées durant toute l’année avec le personnel éducatif, en collaboration avec les transmetteurs, qui sont des aînés, des chasseurs ou des personnes-ressources, ainsi qu’avec différents secteurs du Conseil de Bande.

Depuis 2005, l’école planifie une sortie chaque saison pour développer les connaissances culturelles selon le cycle annuel des activités traditionnelles. Selon la saison, les personnes-ressources de la communauté proposent aux élèves différentes activités relatives à la chasse aux outardes (printemps), à la chasse à l’orignal (automne) et à la trappe du petit gibier (hiver). Ces sorties comportent trois volets selon les connaissances et les compétences des jeunes : Initiation, Expérimentation et Jeunes transmetteurs. Le rôle des Jeunes transmetteurs est de prendre le relais des transmetteurs plus expérimentés auprès des plus jeunes.

Projet de film sur les Sorties en territoire :

Le projet de film sur les Sorties en territoire de l’école secondaire de Kassinu Mamu nait d’une première expérience de tournage au printemps 2014. Suite à cette collaboration, Mme Christine Tremblay, directrice par intérim de l’école, présente à Mme Élise Dubuc un nouveau partenariat afin de permettre à l’école de faire la promotion du programme des Sorties en territoire. Les membres de l’équipe cinéma du projet se joindront aux sorties organisées par l’école sur le territoire ilnu pour filmer le déroulement de celles-ci. Trois sorties ont ainsi été suivies par l’équipe :

  1. La sortie de printemps sur le site Pehkupessekau (Pointe-Racine) : du 5 au 7 mai 2014 (Élène Tremblay, Maxime Pelletier-Huot, Carole Delamour).
  2. La sortie d’automne sur le site Ushkui shipi (Rivière aux Écorces) : du 6 au 9 octobre 2014 (Maxime Pelletier-Huot, Carole Delamour).
  3. La sortie d’hiver sur le territoire de la famille Verreault : du 16 au 18 février 2015 (Maxime Pelletier-Huot, Carole Delamour).

La cochercheuse Élène Tremblay, l’assistant de recherche en cinéma Maxime Pelletier-Huot, ainsi que l’assistante de recherche en anthropologie Carole Delamour ont été assistés par la coordonnatrice communautaire du projet Bibiane Courtois et par l’équipe pédagogique des Sorties en territoire.

Le film, d’une vingtaine de minutes, est maintenant en production et sera livré à l’école Kassinu Mamu d’ici l’été 2015.

© Carole Delamour
© Carole Delamour
© Carole Delamour
© Carole Delamour
© Carole Delamour
© Carole Delamour