Alexandra Martin

martin_aAlexandra détient un baccalauréat en anthropologie et une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. S’intéressant aux musées de communauté et aux « first voice museums », elle a effectué un stage au Museum of the African Diaspora à San Francisco durant sa maîtrise. Sous la direction d’Élise Dubuc, elle a mené un travail dirigé sur les musées afro-américains et elle a interrogé le concept d’autoreprésentation culturelle dans les institutions muséales. En 2012, elle a commencé un doctorat en sociologie à l’Université de Montréal sous la direction de Sirma Bilge. Son projet de thèse porte sur les simulations militaires. Plus particulièrement, elle s’intéresse à la construction de faux villages afghans et iraquiens sur des bases militaires américaines. Elle se penche sur les discours dominants qui entourent la représentation de l’ennemi dans le cadre de la guerre contre le terrorisme. Les questions de représentation constituent donc un point majeur de ses recherches. Parallèlement, elle a fondé la compagnie Karatini Théâtre, un centre de recherche-création en quête d’une confluence entre art et recherche sociale. Alexandra a joint le projet TSHIUE-NATUAPAHTETAU-KIGIBIWEWIDONparce qu’elle s’intéresse toujours aux relations entre les musées et les Premières Nations, à la muséologie autochtone ainsi qu’aux enjeux de rapatriement.