Chantiers du projet

Notre projet comporte trois chantiers.

1. La recherche fondamentale s’applique à définir les concepts liés au rapatriement selon différents points de vue, ceux des communautés comme ceux des musées centraux, à analyser des études de cas utiles à la réflexion et à la formulation de recommandations et, enfin, à créer des consensus sur différents aspects découlant des questions de recherche, notamment sur l’éthique, les propriétés intellectuelle et culturelle ainsi que les lois et pratiques nationales et internationales ayant une portée sur le rapatriement.

2. Le questionnement sur les collections et les pratiques muséales nous amène à inventorier les collections d’objets qui ont une signification culturelle pour les communautés autochtones et les archives associées, au pays comme à l’étranger, à visiter les lieux de conservation et à mettre en œuvre les principes de préservation et de transmission des communautés autochtones, à développer des relations constructives avec les divers partenaires et à explorer les moyens muséaux de transmission des connaissances, notamment les expositions.

3. La documentation et l’ensemble des questions qui l’entourent : l’accès à l’information étant un enjeu crucial du projet, le travail consiste à organiser les données, à développer des liens entre elles (objets, images, information) ainsi qu’à enrichir les connaissances et à valider les informations recueillies dans le passé grâce à l’apport inestimable des aînés et des jeunes des communautés. Le développement du site web en est un bon exemple. L’intégration des langues autochtones à ces outils de transmission représente aussi un défi important à relever.